10 choses que vous faites sur les réseaux sociaux qui énervent vos abonnés (et comment y remédier)

10 choses que vous faites sur les réseaux sociaux qui énervent vos abonnés (et comment y remédier)

Vous avez de bonnes intentions, vous voulez vraiment créer de la conversation, de l’engagement. Il y a quelque chose qui vous passionne avec votre gestion de réseaux sociaux, c’est l’un des trucs qui vous fascinent/vous intéressent le plus dans la communication de votre entreprise en ligne. Parce que le feedback de votre public est direct, parce que c’est une mine d’or de questions et de commentaires, de nouveaux angles à creuser et d’idées à développer.

Mais gérer des communautés, ce n’est pas votre métier. Du moins, ce n’est pas ce pour quoi vous êtes payé(e)s à temps plein, probablement parce que c’est tombé dans votre cour un peu au hasard, que vous palliez un manque à l’interne, ou simplement parce que vous avez manifesté l’intérêt, et que maintenant, la page Facebook et le compte Instagram de votre entreprise sont devenus vos nouveaux terrains de jeu.

Possible que vous fassiez l’une des erreurs citées ci-dessous ? Probablement. Possible que vous soyez en mesure de réaligner le tir et d’améliorer votre gestion de réseaux sociaux d’ici la fin de cet article ? Assurément. Let’s go !


1. Vous ne faites que diffuser votre contenu.

Qu’on se comprenne bien, vos réseaux sociaux sont vos plateformes et il n’y a absolument rien de mal à les utiliser pour parler de vos produits, de vos services, de votre entreprise et de ce que vous faites. Mais si vous utilisez vos plateformes comme des diffuseurs de contenu, que vous managez le tout comme un site de vente, un site web vitrine, vos abonnés risquent de ne pas du tout avoir envie d’interagir avec vous.

2. Vous n’avez aucun « pourquoi ».

La pire chose (ok, pas « la » pire, mais une des pires, 😉 ) que vous pouvez faire avec vos réseaux sociaux est de ne pas savoir la raison pour laquelle chaque plateforme existe. Pensez-y deux secondes : si un abonné vous suit sur tous vos réseaux pour recevoir le même contenu décliné de partout, quel est l’intérêt d’être actif et présent pour lui ? Réfléchissez à la raison d’être de chaque média social AVANT de créer votre compte, plutôt que de créer un compte strictement pour le mettre en ligne et faire comme vos compétiteurs.

3. Vous ne prenez pas le temps.

Première raison et/ou raison la plus fréquente qu’on mentionnera devant un ou des réseaux sociaux silencieux depuis un moment ? « Je n’ai pas le temps de m’en occuper ! » C’est certain que s’il s’agit d’une tâche +1 à votre liste, que ce n’est pas votre priorité, ou simplement que vous n’avez pas en tête le pourquoi derrière ce compte, ça risque d’être très difficile de savoir quoi y écrire et comment animer la communauté reliée. Pour ça, la solution la plus logique reste de se bloquer du temps chaque mois pour alimenter votre calendrier éditorial et planifier les dates importantes et les sujets à mentionner, pour chaque plateforme.

4. Vous visez la perfection.

Combien de fois avez-vous refusé de publier une vidéo parce qu’elle ne faisait pas assez professionnel à votre goût ? Combien de photos se sont retrouvées à la corbeille parce qu’elles n’étaient pas assez lumineuses, assez claires, assez pointues pour en devenir une publication ? Vos abonnés savent que les réseaux sociaux ne sont pas un portfolio de visuels impeccables ni même de produits léchés à un niveau ridicule. Plutôt que de vous bloquer dans votre contenu parce qu’il n’est pas à la hauteur de vos attentes – parfois un peu exagérées – testez des options comme les lives pour vous retirer la pression de poster parfaitement.

5. Vous n’êtes pas assez humain.

Un ton trop linéaire, des mots trop sérieux, du contenu trop parfait (voir ci-haut ce qu’on a à dire à ce sujet !) : et bien vite, vos abonnés vont avoir l’impression de suivre un compte robot avant de suivre un vrai compte avec de vraies personnes derrière. N’hésitez pas à réfléchir au ton de votre entreprise en ligne, à vous amuser avec des voix plus personnalisées et non un discours toujours pareil, toujours tempéré et toujours (tristement) ennuyant. Pas besoin de forcer le langage familier, mais parfois, ça fait du bien de lire des publications en les entendant dans la voix d’une vraie personne.

6. Vous ne faites pas la différence entre le privé et le public.

Surtout si vos réseaux sociaux sont reliés à une entreprise sous votre nom. C’est l’envers du décor, c’est l’inverse du problème qu’ont ceux et celles qui se censurent de publier 95% de leur contenu en se disant que leurs abonnés ne veulent pas en entendre parler. Plutôt que de bombarder vos gens de contenus trop pointus sur vous et seulement vous (ou l’inverse, d’être hyper avares dans vos posts), pourquoi ne pas toujours vous demander avant de publier un contenu ce qu’il pourra apporter, concrètement, dans la vie de votre client idéal pour qu’il ait envie de vous engager, ou du moins de collaborer avec vous ?

7. Vous disparaissez.

C’est tout, ou c’est rien. C’est une avalanche de publications pendant une semaine parce que vous êtes motivé(e)s et inspiré(e)s et c’est le silence radio les jours qui suivront parce que vous êtes hyper occupé(e)s au boulot (voir point trois pour vous aider à pallier !) et que vous ne prenez pas le temps de gérer vos plateformes convenablement. Soyez honnêtes avec vous-même, et demandez-vous clairement quel est le nombre magique de publications et de contenus que vous pouvez créer chaque semaine. Pas un nombre idéal, pas le nombre que suivent vos compétiteurs également. Votre chiffre à vous. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, il n’y a que celle que vous serez capable de tenir aussi longtemps et rigoureusement que possible.

8. Vous ne relancez pas la discussion.

Dans les commentaires, dans les messages privés, sur les groupes, sur les comptes de vos clients potentiels, actuels ou idéaux. Vous ne prenez pas en compte le côté social de la chose et ça, c’est très triste. Parce que comme dit plus haut, vos réseaux sociaux, ils sont là pour développer une connexion avec vos abonnés et pas juste pour faire cute. De ce fait, il est important voir même vital qu’à chaque contenu publié, qu’à chaque occasion d’échanger, vous gardiez en tête le potentiel de discussion derrière. Que pourriez-vous ajouter de plus à vos contenus pour parler avec vos gens ? Que pourriez-vous ajouter comme relance pour assurer une conversation avec vos abonnés ?

9. Vous n’apprenez pas de vos erreurs.

D’où l’importance de faire un suivi de vos publications qui fonctionnent bien et surtout, de celles qui ne fonctionnent pas du tout. De garder vos statistiques à l’œil, d’être irréprochable avec l’analyse de vos chiffres, de votre engagement, du temps mis sur votre création de contenu et des retours (même simplement en feedback et non financiers) que vous allez chercher. C’est important de cibler vos objectifs, vos points forts et vos points faibles : vous êtes ici pour apprendre à avoir une vue plus stratégique sur votre gestion de réseaux sociaux, et ça, c’est à la base de !

10. Vous ne faites pas d’erreurs, tout court.

Laissez-vous de la marge, pour l’amour ! 😉 Ce n’est pas intéressant pour personne de suivre des réseaux qui sont trop calmes, trop beiges, trop « parfaits ». Ce n’est pas intéressant pour vous de toujours réutiliser la même formule par peur de déranger, de faire différent ou pire, par peur de faire des erreurs. Si vous restez toujours dans le même moule, vos abonnés perdront intérêt en vos contenus, autant que vous-même perdrez l’intérêt dans vos publications à créer. Osez, et au pire vous savez quoi ? Tout peut toujours se supprimer !


Dites-nous dans les commentaires quelle « erreur » est la plus fréquente pour vous jusqu’à maintenant ; et bien sûr, ce que vous ferez pour l’éviter désormais.

Laissez un commentaire